Miniséminaire – Politiques et instruments nationaux de planification

Miniséminaire : Politiques et instruments nationaux de planification

Miniséminaire : Politiques et instruments nationaux de planification

3 avril

De 10h30 à 12h30

Salle de réunion (227) du 2ème étage

ENPC
Logo CIRED
Intervenants :

Christophe Cassen (CNRS, CIRED) : La modélisation technico-économique dans la construction de la Stratégie Nationale Bas Carbone

Clément Lescloupé (Centre européen de sociologie et de science politique, ADEME) : L’instrumentation des politiques de Transition écologique

Claire Morgane Lejeune (CEE Sciences Po Paris) : Reactualisations de l’Etat planificateur dans l’Anthropocene: enjeux et perspectives

 
Résumé

Face à la crise écologique et à la nécessité d’une action politique ambitieuse, les demandes de contribution universitaires se multiplient, pour nourrir des plans, des stratégies, des documents, eux-mêmes exponentiels par leur nombre et leurs enjeux. En France, la Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC), la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), Stratégie Nationale Biodiversité 2030 (SNB), etc. sont censés servir d’outils de pilotage de la transition. Chaque enjeu, mais aussi chaque échelle d’intervention publique, connait désormais au moins un plan, de la commune à l’Union Européenne, en passant par l’Etat et les régions. Simultanément, la création d’organisations tels que le Secrétariat Général à la Planification Ecologique montre que les administrations mutent, se réorganisent, se spécialisent, de façon à endosser ces fonctions nouvelles.

Cette effervescence n’est pas inédite, comme en atteste la prégnance du mythe de la planification « à la française », étroitement liée à l’image des « trente glorieuses » (Fourastié, 1979). Toutefois, le contexte actuel est radicalement différent, par ses enjeux (reconstruction vs transition écologique), par l’organisation de l’Etat (centralisé vs unitaire), par le contexte économique et social… Il convient de clarifier, redéfinir, et questionner ce concept de planification, dont la terminologie, les usages et l’historicité renvoient à des réalités multiples : planification environnementale, énergétique, industrielle, territoriale ? Planification rigide, indicative, voire incantatoire ?

Ces questions font aujourd’hui l’objet d’un intérêt restreint, mais croissant, de la part de chercheurs aux horizons disciplinaires variés : urbanistes/aménageurs (Desjardins et al, 2012), géographes (Behar et al, 2021), sociologues, politistes (Estebe et al, 2021) économistes (Durand et al, 2023). La création d’un lieu de dialogue avec ces travaux au sein du CIRED procurerait une vision complémentaire à l’expertise du laboratoire dans le domaine de la modélisation technico-économique consacrée aux liens entre environnement, ressources et développement, en favorisant une réflexivité vis-à-vis du lien science-décision, réflexivité essentielle pour comprendre l’intérêt, les usages, mais aussi les limites institutionnelles et politiques des recherches sur le climat (illustré par le hiatus entre les résultats des sciences du climat, leur inscription dans les législations et la mise en oeuvre des politiques publiques pourrait par exemple).

Ensuite, cet espace d’échange interdisciplinaires s’inscrit dans la lignée des travaux du CIRED visant à étudier et proposer des pistes de trajectoires de développement (et des instruments associés) résilients et adaptés aux circonstances nationales (au Nord comme au Sud) et territoriales dans une perspective comparative. La mise en circulation des savoirs et des pratiques est d’autant plus intéressante que nombre de pays du sud perpétuent et renouvellent leurs pratiques de planification (Vietnam, Chine, Corée).

Bibliographie

Béhar, D., & Desjardins, X. (2021). La planification régionale à l’épreuve de la réalité. Horizons publics, (23).

Desjardins, X., & Estèbe, P. (2021). Les trois âges de la planification territoriale. L’Economie politique, (1), 36-48.

Durand, C., Hofferberth, E., & Schmelzer, M. (2023). Planning beyond growth. The case for economic democracy within limits.

Fourastié, J. (1979). Les trente glorieuses–1946–1975. Paris: Fayard.

Aller au contenu principal