Publications récentes


A Survey of Global Climate Justice: From Negotiation Stances to Moral Stakes and Back

Antonin Pottier, Aurélie Méjean, Olivier Godard and Jean-Charles Hourcade

Climate Damage on Production or on Growth: What Impact on the Social Cost of Carbon?

Céline Guivarch, Antonin Pottier

Energy consumption and activity patterns: An analysis extended to total time and energy use for French households

Simona de Lauretis, Frédéric Ghersi, Jean-Michel Cayla

Aligning domestic policies with international coordination in a post-Paris global climate regime: A case for China

Jun Li, Meriem Hamdi-Cherif, Christophe Cassen

Landscape commons, following wind power fault lines. The case of Seine-et-Marne (France)

Alain Nadaï et Olivier Labussière

S03014215

Fiscalité carbone et finance climat: un contrat social pour notre temps

Jean-Charles Hourcade et Emmanuel Combet

Fiscalité carbone-couve 1C

The Routledge Research Companion to Energy Geographies

Edited by Stefan Bouzarovski, Martin J Pasqualetti, Vanesa Castán Broto

Chapitre 20: Exhaustible-renewable wind power – Alain Nadaï and Olivier Labussière

 

9781472464194

Carbon price variations in 2°C scenarios explored

Céline Guivarch, Joeri Rogeljb

Guivarch,+Rogelj+-+Carbon+prices+2C-1

Are subsidies to weather-index insurance the best use of public funds ? A bio-economic farm model applied to the Senegalese groundnut basin

Aymeric Ricome, François Affholder, Françoise Gérard, Bertrand Muller, Charlotte Poeydebat, Philippe Quirion, Moussa Sall

S0308521X

Solving the clinker dilemma with hybrid output-based allocation

Frédéric Branger, Misato Sato, Climatic Change, DOI 10.1007/s10584-016-1884-x

 

Branger Sato hybrid 2017-1

 

 

Sensibilité de projections à long terme des émissions de CO2 à travers les voies socio-économique partagé

G. Marangoni, M. enverra, V. Bosetti, E. Borgonovo, P. Capros, O. Fricko, D. E. H. J. Gernaat, C. Guivarch, P. Havlik, Huppmann D., N. Johnson, P. Karkatsoulis, I. Keppo, V. Krey, E. o ‘ Broin, J. prix & D. P. van Vuuren, Nature changement climatique (2017), doi:10.1038 / nclimate3199

 

 

Aménagement et environnement, Perspectives historiques

Patrick Fournier et Geneviève Massard-Guilbaud (dir.)

1473065986

Livre de ce proposent une vision nouvelle des aménagements territoriaux. Après les territoires comme des champs de négociation entre des forces variées, il inclut dans l’étude de leur aménagement la façon ne l’environnement réagit à tour de fils à la transformation imposée. Considérant des travaux effectués à toutes les périodes de l’histoire, il cherche à identifier leur impact économique, social, environnemental ou même culturel, y compris sur le long terme.

Avec le soutien du RUCHE et du R2DS.

Déplacement des régimes pour un avenir durable d’aliments : créer un avenir alimentaire durable, opus 11

par Janet Ranganathan, Daniel Vennard, Richard Waite, Brian Lipinski, Tim Searchinger, Patrice Dumas, Agneta Forslund, Hervé Guyomard, Stéphane Manceron, Elodie Marajo-Petitzon, Chantal Le Mouël, Petr Havlik, Mario Herrero, Xin Zhang, Stefan Wirsenius, Fabien Ramos, Yan Xiaoyuan, Michael Phillips et Mungkung brun – avril 2016

Shifting_Diets_for_a_Sustainable_Food_Future


Résumé : L’épisode 11 de la création d’un avenir durable de nourriture montre que pour les personnes qui consomment de grandes quantités de viande et les produits laitiers, passage à une alimentation avec une plus grande part des aliments à base de plantes pourrait réduire sensiblement la pression de l’agriculture sur l’environnement. Il présente un tableau de bord protéine classement des aliments, le plus bas (aliments à base de plante) pour plus d’impact (bœuf), ainsi que la roue de la MAJ, qui exploite le marketing éprouvée et changement de comportement des stratégies pour aider à passer des milliards d’êtres humains à des régimes plus durables.

La contribution des émissions de la Chine au forçage du climat mondial

Bengang Li, Thomas Gasser, Philippe Ciais, Shilong Piao, Shu Tao, Yves Balkanski, Didier Hauglustaine, Juan-Pablo Boisier, Zhuo Chen, Mengtian Huang, Laurent Shaoxing Li, Yue Li, Hongyan Liu, Junfeng Liu, Shushi Peng, ZÉHAO Shen, Zhenzhong Sun, Rong Wang, Tao Wang, Guodong Yin, Yi Yin, Zeng Hui, Zhenzhong Zeng & Feng Zhou

Nature 531, 357-361 (17 mars 2016) doi:10.1038 / nature17165

f0b6f10917c891294ce3460efe8c8b38

Résumé : Connaissance de l’apport des différents pays au forçage radiatif global est importante pour la mise en oeuvre de l’accord sur les « responsabilités communes mais différenciées », atteint par la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Durant les trois dernières décennies, la Chine connaît une rapide development1 économique, accompagnée d’une augmentation d’émission de gaz à effet de serre, les précurseurs de l’ozone et les aerosols2, 3, mais l’ampleur du forçage radiatif associé est restée incertaine. Ici, nous utilisons un biogéochimie couplé climatique – model4, 5 et une modèle6 chimie et des transports afin de quantifier la contribution actuelle de la Chine au forçage radiatif global en raison des gaz à effet de serre bien mélangés, forces éphémère climat atmosphérique et modifications de l’albédo de surface régionale induite par la terre-utilisation. Nous trouvons que la Chine contribue à 10 % ? ± ? 4 % du forçage radiatif global actuel. Contribution de la Chine relative au composant positif (réchauffement) du forçage radiatif global, principalement provoquée par les gaz à effet de serre bien mélangés et aérosols de carbone noir, est de 12 % ? ± ? 2 %. Sa contribution relative à la composante négative (refroidissement) est de 15 % ? ± ? 6 %, dominée par l’effet des aérosols de sulfate et de nitrate. Les plus fortes contributions de la Chine sont 0,16 ? ± ? 0,02 watts par mètre carré pour le CO2 des combustibles fossiles, 0,13 ? ± ? 0,05 watts par mètre carré pour le CH4, ? 0,11 ? ± ? 0,05 watts par mètre carré pour les aérosols sulfatés et 0,09 ? ± ? 0,06 watts par mètre carré pour les aérosols de carbone noir. Le but ultime de la Chine d’améliorer la qualité de l’air se traduira par des modifications du forçage radiatif dans les années à venir : une réduction des émissions de dioxyde de soufre pourrait conduire à un réchauffement plus rapide futur, à moins que compensées par des réductions plus importantes de forçage radiatif de noir de carbone et de gaz à effet de serre bien mélangés.

Déplacer les milliers de milliards : un débat sur la tarification positif de mesures d’atténuation

Jean-Charles Hourcade, Alfredo Sirkis, Dipak Dasgupta, Rogério Studart, Kevin Gallagher, Baptiste Perrissin-Fabert, José Eli da Veiga, Etienne Espagne, Michele Stua, Michel Aglietta

movinginthetrillions_cover_petit

« Finances doit jouer un rôle beaucoup plus grand si dé-carbonisation plus rapide et à grande échelle doit se produire. L’ampleur des investissements climatiques nécessaires est tout simplement trop grand une transformation qui peut être atteint par les deux outils actuellement en jeu : lent, longues négociations sur le climat, limitée des deniers publics et la tarification du carbone hésitante. Il n’y a aucune pénurie d’épargne pour financer les investissements nécessaires, ni un manque de technologies. Investisseurs privés attendent l’annonce de certains cadres « BOLD » politiques publiques pour atténuer les incertitudes et risques privés. » Dipak Dasgupta


« Notre défi consiste à comprendre comment le lecteur vers une économie sobre en carbone peut être redimensionnée en un mouvement imparable. Nous en avons besoin si nous voulons obtenir sur la voie de moins 2 degrés, conduisant à un futur scénario carboneutre où l’humanité est capable d’empêcher des niveaux au moins catastrophiques du changement climatique et, ce faisant, également déplacer l’économie mondiale après son mode actuel de stagnation ». Alfredo Sirkis

« La transition de la faible teneur en carbone est en fait une occasion d’accroître la propension à investir en indiquant où doivent aller les économies. Il montre pourquoi réduire l’incertitude attachée à faible émission de carbone investissements exige des dispositifs financiers ciblés. Le document suggère alors que le fait de reconnaître la valeur sociale des activités d’atténuation peut être la pierre angulaire d’une intermédiation financière actifs à long terme de ponts et de la trésorerie à court terme en tant que. » Jean Charles Hourcade

Un nouvel élan pour la technique du scénario pour augmenter le compte de l’incertitude

Céline Guivarch, Robert Lempert, Neil Strachan, Evelina Trutnevyte

Climatic Change, essai, pp 1-7

B_SPR390_CLIM_00009.indd

Résumé : Scénarios abstraits sont employés couramment pour le climat à long terme et l’analyse de l’énergie. Toutefois, dans la grande majorité des études avec une poignée de scénarios ou de catégories de scénario, les utilisateurs et les développeurs de scénario capturent uniquement un sous-ensemble des incertitudes futures. Nous proposons trois points focaux pour un nouvel élan pour la technique du scénario pour augmenter le compte de l’incertitude : (1) pour ce scénario, les développeurs embrassent un espace accru des incertitudes multidimensionnels, (2) pour faciliter le processus d’utilisateurs de scénario capturer cet espace et (3) pour évaluer et réviser par itération les progrès de l’amélioration. Si ces points focaux sont adoptés, études de scénarios dans l’analyse du climat et l’énergie ne doivent pas simplement arrêter après avoir produit des scénarios, mais seront poursuivront avec des techniques pour faciliter la découverte de connaissances spécifiques à l’utilisateur, ainsi que l’évaluation des scénarios aussi bien et scénario.

Gestion d’azote pour le développement durable

Xin Zhang, Eric A. Davidson, Denise L. Mauzerall, D. de Timothy Searchinger, Patrice Dumas et Ye Shen

Nature 528, 51 – 59 (3 décembre 2015) doi:10.1038 / nature15743

cover_nature

Résumé : Amélioration de l’efficacité de l’utilisation d’azote dans la production agricole est essentielles pour relever les défis triples de sécurité alimentaire, la dégradation de l’environnement et le changement climatique. Ces améliorations sont soumises non seulement sur l’innovation technologique, mais aussi sur les facteurs socio-économiques qui sont actuellement mal compris. Nous examinons ici les tendances historiques des agricoles utilisation d’azote efficacité et trouver un large éventail d’approches nationales au développement agricole et la pollution liée. Nous analysons des exemples d’utilisation de l’azote et proposer des objectifs, par type de culture et de la région géographique, pour satisfaire la demande alimentaire mondiale 2050 projetée par la Food and Agriculture Organisation tout en respectant également les objectifs de développement durable relatifs à l’agriculture a récemment adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies. En outre, nous discutons des politiques économiques et des innovations technologiques qui peuvent aider à les réaliser.

Architecture de la politique climatique pour le changement de paradigme de Cancun : s’appuyant sur les leçons de l’histoire

Jean-Charles Hourcade, P.-R. Shukla, Christophe Cassen

4

Résumé : L’économie de la politique climatique après Rio a conduit à un paradigme centrée sur le climat qui s’écarte du cadre de coopération de l’original de l’UNFCCC pour concevoir des politiques climatiques dans la perspective du développement durable. Il en est résulté une approche de plafonnement et d’échange qui vise à atténuer les effets néfastes sur le développement par le biais de transferts appropriés pour réaliser le partage du fardeau équitable. Toutefois, la poursuite de ce paradigme ne peut dénouer le nœud gordien climat-développement. (Le nœud gordien se réfère à un problème apparemment insoluble. Selon une légende grecque, Gordios est arrivé en Phrygie dans une charrette, fut fait roi et dédié son panier à Zeus, attachant vers le haut avec un noeud complexe. La personne qui pourrait défaire le nœud gouverneraient Asie. Alexandre le grand a trouvé une solution en le coupant avec son épée. Hourcade et al. (La conception de la politique climatique. MIT Press, Cambridge, p 408, 2008) explique que, après que le Sommet planète terre de Rio (1992), le climat des négociations reste délaissé les débats sur les voies de développement, donc amarrer un nouveau noeud gordien des malentendus.) Au lieu de cela on perd de vue les avantages de la coopération dans un accord mondial visant à réduire les émissions de GES. Le défi est maintenant d’aligner les objectifs de développement et le climat en tenant compte de l’évolution du contexte depuis les années 1990, qui comprend un ré-équilibre de la balance économique mondiale et le contexte défavorable créée par la crise financière de 2008. Ce document propose que la finance carbone soit considérée dans le cadre d’une réforme générale du système financier. L’adoption d’une valeur de carbone comme un prix théorique pourrait déclencher une vague d’investissements de faibles émissions de carbone dans le monde ainsi réorienter certains mondiale de l’épargne vers des investissements de faibles émissions de carbone, fournissant ainsi un levier pour un accès équitable au développement.

Liste de de publications CIRED