Vivien Fisch-Romito

          Thématiques de recherche

  • Besoins d’investissements en infrastructures bas-carbone
  • Verrouillage carbone et risque d’actifs échoués
  • Emissions de CO2 incorporées dans les matériaux de construction

Faire le pont entre les besoins humains et la réduction des émissions de CO2 : la dynamique des infrastructures à l’interaction des enjeux de climat et de développement

Directrice de thèse : Céline Guivarch

Résumé

Nos infrastructures, composées de bâtiments et de constructions techniques, sont au cœur du nœud gordien climat-développement. Elles permettent d’accéder aux services de essentiels, mais façonnent en même temps l’offre et la demande d’énergie et nécessitent des matériaux de construction à forte intensité carbone. L’évolution des stocks d’infrastructures doit donc soutenir le développement humain tout en permettant d’atteindre la neutralité carbone.

Cependant, les caractéristiques économiques de ces stocks de capital limitent leur évolution. Tout d’abord, les infrastructures ont une longue durée de vie. Deuxièmement, ces stocks de capital nécessitent des investissements initiaux élevés, ce qui limite les opportunités pour influencer leur évolution. Une augmentation rapide des stocks de capital pourrait ainsi entraîner des besoins de financement trop importants. Inversement, un retrait anticipé des capitaux pourrait créer des actifs échoués en raison des longues périodes d’exploitation nécessaires pour assurer un retour sur investissement. Enfin, l’évolution selon un sentier de dépendance détermine la dynamique des infrastructures sur le long terme. Elles induisent donc une inertie qui empêche ou retarde les transitions vers des systèmes bas-carbone, un phénomène appelé « verrouillage carbone », et influencera la trajectoire des futures émissions pendant plusieurs décennies.

Rendre les stocks d’infrastructure compatibles avec les objectifs de développement durable (ODD) et l’accord de Paris est d’autant plus difficile que leurs délais de réalisation diffèrent. L’objectif de cette thèse est d’évaluer comment la dynamique des stocks mondiaux d’infrastructure peut favoriser ou entraver la conciliation entre le développement humain et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
 
Je commence par faire une revue systématique de la littérature sur le verrouillage carbone induit par les infrastructures. J’estime ensuite les besoins d’investissement dans les infrastructures de transport et leurs déterminants dans des scénarios bas-carbone. Enfin, je quantifie les émissions incorporées provenant de la fabrication du ciment et de l’acier associées à l’atteinte de niveaux d’accès élevés aux services essentiels. La faisabilité technique, politique et économique de cette conciliation évolue dans le temps en fonction de l’évolution à court terme du capital existant. Les résultats des trois chapitres de la thèse peuvent être interprétés pour mettre en évidence les conditions dans lesquelles les infrastructures peuvent permettre la conciliation entre développement humain et réduction des émissions. Premièrement, il est nécessaire de mettre en place un ensemble d’instruments politiques allant au-delà de la tarification du carbone pour limiter l’accumulation de nouveaux capitaux émetteurs de CO2 sur le long terme. Deuxièmement, les besoins financiers pourraient être particulièrement élevés dans les pays en développement – à la fois en raison des besoins importants en nouvelles infrastructures et du retrait prématuré du capital existant – ce qui nécessite un soutien pour alléger cette charge financière. Dans le secteur des transports, ce fardeau peut également être allégé en limitant l’utilisation du transport routier et en optimisant le réseau ferroviaire. Troisièmement, il est essentiel de réduire les besoins de ciment et d’acier ou de les remplacer par des matériaux moins intensifs en carbone, car la décarbonation de ces secteur sera trop lente pour limiter à court terme les émissions dues à l’installation de nouvelles infrastructures pour répondre aux besoins humains fondamentaux.

〉Fisch-Romito, V., C. Guivarch. Transportation Infrastructures in a Low Carbon World : An Evaluation of Investment Needs and Their Determinants. Transportation Research Part D : Transport and Environment 72 (July 1, 2019) : 203–19. https://doi.org/10.1016/j.trd.2019.04.014.

〉Beyond the Gap : How Countries Can Afford the Infrastructure They Need while Protecting the Planet. Rapport coordonné par Julie Rozenberg et Marianne Fay de la Banque Mondiale.

〉Embodied CO2 emissions for universal access to basic infrastructures

2019. International Energy Workshop (IEW), Paris, 03-05 June.
2019. ISIE-SEM, Berlin, 13-15 May.

 

〉Transportation Infrastructures in a Low Carbon World : An Evaluation of Investment Needs and Their Determinants.

2019. Scenarios Forum, Denver, 11-13 March.
2017. Fifth Green Growth Knowledge Platform (GGKP) Annual Conference , Washington, 27-28 November.
2017. Third International Workshop : The Energy Transition In Land Transportation, Paris, 9-10 November.

〉Chargé de TP modélisation intégrée (IAM), Master 2 Economie de l’Energie, de l’Environnement et des Transports, 2018-2019

〉Participation à l’exposition Train du climat, 2017-2018

〉Organisation d’animations de vulgarisation à destination de collégiens pour les Petits Débrouillards, 2017