Offre de stage niveau Master 2 ou équivalent

Offre de stage niveau Master 2 ou équivalent
Sujet : L’hétérogénéité paysagère comme levier de durabilité des politiques agricoles

Conditions :

Niveau : master 2 en économie de l’environnement ou en écologie

Début : février 2021 (flexible)

Durée : 6 mois

Rémunération : autour de 590 €/mois

Le Millenium Ecosystem Assessment, la Convention de la Diversité Biologique ou encore la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) alertent quant à l’actuelle dégradation des services écosystémiques et de la biodiversité. Sur les terres émergées, les changements d’usages des sols ont été identifiés comme l’une des causes principales de cette érosion en Europe et en France au cours des dernières décennies. Elle concerne de nombreux groupes taxonomiques et a été particulièrement bien documentée pour les mammifères, les arthropodes et les oiseaux.

Pour tenter d’enrayer ce déclin, des politiques publiques d’aménagement du territoire ont été progressivement mises en place depuis les années 90. Elles visent à réduire ou contrecarrer les impacts négatifs des usages du sol sur la biodiversité, ou à l’inverse à stimuler la mise en place ou le maintien d’usages des sols favorable à la biodiversité. C’est le cas de la politique agricole commune qui intègre des mesures agri-environnementales et climatiques visant à promouvoir une agriculture multifonctionnelle (Plan produisons autrement, MAAF).

Cependant, 25 ans après la mise en place d’outils comme les mesures agro-environnementales et le découplage des subventions dédiées à la production, leur efficacité reste controversée. Est mise notamment en cause la grande hétérogénéité spatiale des performances économiques et écologiques. Cette hétérogénéité rend les mesures uniformes inefficaces et appelle au contraire à concevoir des instruments plus fins. Dans cette perspective, des structures écologiquement efficaces (ie trames vertes et bleues) pourraient être valorisées afin tirer parti au mieux de phénomènes écologique comme la dispersion écologique. Une diversification judicieuse des usages des sols peut également être envisagée pour valoriser des phénomènes écologiques de type source-puit.

Pour alimenter cette réflexion, des analyses quantitatives reposant sur des modèles, des indicateurs et des scénarios apparaissent alors très éclairantes. C’est dans un cadre de modélisation bioéconomique quantitative que se situe ce stage. Il visera à explorer des scénarii d’aménagements des sols spatialement astucieux permettant d’atteindre des objectifs écologiques à moindre coût. Plus précisément, l’étudiant.e s’appuiera sur les modèles bioéconomiques développés dans Mouysset et al. (2019) ainsi que les modèles agroécologiques développés dans Ouvrard et al., 2019. Il ou elle concevra et conduira une évaluation de différents scénarii d’évolution paysagère consistant à réaliser des projections à horizon 2050 de leur impacts. Un focus plus particulier sera fait pour la région Nouvelle-Aquitaine afin d’appuyer la proposition d’objectifs environnementaux à cette échelle.

Ce projet interdisciplinaire et innovant associe sciences économiques et sciences écologiques dans le cadre de la conception des politiques publiques. Il s’inscrit dans le champ de l’économie écologique et s’appuie sur une cadre méthodologique de modélisation numérique quantitative. L’étudiant.e devra avoir des compétences en économie, en modélisation (maitrise de R) ainsi que des compétences ou un intérêt marqué pour l’écologie. Le stage sera co-encadré par Lauriane Mouysset et Yann Kervinio et aura lieu au Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (CIRED) à Nogent-sur-Marne (télétravail envisageable en fonction des conditions sanitaires).

Bibliographie indicative

Commissariat général au développement durable, 2020. Du constat à l’action : rapport de première phase de l’évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques (EFESE). Collection Théma Analyse. A paraître.

Mouysset L, Rais Assa C, Ay JS, Jiguet F, Lorrilière R, Doyen L. 2019. Bioeconomic impacts of agroforestry policies in France. Land Use Policy, 85, 239-248

Ouvrard R, Mercère G, Poinot T, Jiguet F, Mouysset L. 2019. Dynamic models for bird population – A parameter-varying partial differential equation identification approach. Control Engineering Practice 91, 104091